Sardines

Een blog dat kennelijk alleen wil klagen over commutersgrief.
Alex legt het zelf even uit:
Les quelques premières vidéos de ce blog sont le reflet au combien désolant de notre vie parisienne.

Force est de constater, que quotidiennement c’est le même rituel qui recommence inlassablement : « vite vite vite c’est bientôt l’heure, je vais être en retard au travail, il faut que j’attrape mon train»
La journée n’a pas encore débutée que les gens pour la majorité sont déjà stressés, angoissés, énervés. C’est à cet instant que tout bascule, non ce n’est pas un rêve, juste une scène de cette triste réalité où nous sommes en perpétuelle représentation…

C’est bel et bien dans le train que nous pouvons nous rendre compte de la nature humaine dans toute sa splendeur. En effet, comment ne pas apprécier cette promiscuité avec de parfaits inconnus qui pénètrent (certes involontairement) dans votre sphère et qui pour certains ne semblent pas particulièrement gênés d’effectuer une sorte de petite toilette nasale en toute impunité devant vous……

Mmm…
Deed me enigszins denken aan een niemendalletje dat ik eens las en waar het ook zo plastisch werd beschreven:
…..The overcrowded carriage simmered with body heat and eau-de-commuter, a musty composite of stale perfume and warm armpit…

Kijk vooral even bij de filmpjes van Valentijnsdag…:
C’est pas la peine de pousser, hein? Merdeueueu!!

Ben ik even blij dat ik lekker kan fietsen…

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *